Cher lecteur,

La Reserve Bank of India (RBI) a différé d’un an la mise en œuvre d’Ind AS par les banques commerciales, à l’exception des banques rurales régionales, c’est-à-dire d’avril à 1, d’avril à 2018 et de 1, en invoquant des raisons de formats d’états financiers incompatibles et de manque de préparation des banques. Conformément à la RBI, les états financiers au sens de l’annexe 2019 de la loi sur la réglementation bancaire, 3, ne sont pas compatibles avec les obligations de reporting définies dans Ind AS. RBI est actuellement en train de rendre les états financiers compatibles avec les exigences d'Ind AS.

Selon Ind AS 109, Instruments financiers, une société doit prendre en charge la perte attendue sur un actif financier, telle que le prêt et l'avance, selon la méthode de la perte de crédit attendue. Selon cette méthode, des provisions doivent être constituées même le jour de la création d'un actif financier. Ainsi, chaque fois que Ind AS 109 s’applique aux banques, elles doivent prendre des dispositions bien avant que les prêts ne se détériorent. En revanche, ils ne sont actuellement tenus de prendre des dispositions que lorsque les prêts ont mal tourné. Par conséquent, le report de la mise en œuvre d'Ind AS a apporté un grand soulagement aux banques face au nombre croissant d'actifs non performants (NPA). Cela renforcera certainement la valeur comptable des banques à court terme.

Au contraire, le report réduira la comparabilité des états financiers des banques indiennes avec ceux des banques mondiales, car les états financiers ultérieurs contiendront des provisions conformément à IFRS 9, Instruments financiers.

Toutefois, les banques continueront à soumettre à RBI des états financiers proforma trimestriels.